vendredi 24 juin 2016

Hanako fille du soleil levant II Interview Elodie Loch-Béatrix

On se retrouve aujourd'hui pour une chronique avec en plus une interview de l'écrivaine (si c'est pas beau !)



Hanako, fille du soleil levant 

Elodie Loch-Béatrix 

Editions Milan

Paru en Juin 2016  







Hanako a treize ans, elle est en quatrième, a deux meilleurs amis, des origines Japonaises et un beau lycéen plutôt étrange dans les pattes. Bien malgré elle, elle doit aussi suivre un cours d'Ikebana. En somme, une vie plutôt normale. Mais pourquoi ses parents lui interdisent-ils d'ouvrir une mystérieuse boîte ? Quels secrets pourraient-ils lui cacher ? 


Mon avis : 

Hanako est un petit bouquin pour l'été, sympa et frais. Il est beaucoup plus léger que ce que je lis d'habitude mais je l'ai beaucoup aimé. Il se lit très vite et est assez proche du public qu'il touche (les toutes jeunes adolescentes). L'écriture est légère et drôle. Il nous fait aussi découvrir pas mal de choses sur le Japon et notamment sur l'Ikebana ou le Kendo. Les personnages sont aussi frais que le reste du récit. Hanako est positive et, comme toute adolescente de cet âge là, n'a pas trop confiance en elle, ce qui la rend attachante. Matt est l'image parfaite de l'amoureux rêvé et Chloé et Adam sont tout mignons aussi. En gros, un roman frais qui ravira les jeunes filles (ou les jeunes garçons) mais aussi les plus grands. 

Super ! 




Et maintenant, en exclusivité, une interview de la créatrice d'Hanako, Elodie Loch-Béatrix qui a très gentiment répondu à mes questions. Elle est aussi une très bonne raison de lire son livre en elle-même (-: 







- Bonjour Elodie Loch-Béatrix, votre roman, Hanako fille du soleil levant, est sortit mercredi, qu'est ce que cela vous fait ?

​J'ai encore un peu de mal à réaliser que j'ai écrit un roman et qu'il est publié. Je me sens très heureuse et émue. J'ai été touchée par l'intérêt que les premiers lecteurs portent à mon livre et tout particulièrement par les réactions des lectrices de Julie, le magazine pour lequel je travaille. A travers le forum du magazine, je suis en contact permanent avec nos lectrices, j'ai un attachement particulier avec elles et j'espérais que mon roman leur plairait.





 Pouvez-vous nous parler un peu plus de votre (vos) métier(s) ?

​Je suis journaliste. J'ai travaillé pour plusieurs rédactions (Radio France, Ouest France, le Dauphiné Libéré...) et aujourd'hui je travaille pour le magazine Julie (Milan Presse). Je fais des reportages pour le magazine et j'anime aussi la communauté de lectrices sur le forum. En parallèle, je travaille aussi pour les éditions Milan : je participe à la stratégie de communication digitale pour les romans ados et young adult en tant que community manager.

- Combien de temps avez vous mis pour écrire Hanako ?

​J'ai mis environ cinq mois pour écrire Hanako. Après cette phase de création, il y a eu tout le travail de correction réalisé avec mon éditrice, Flore Negroni. C'est un exercice assez long et fastidieux mais très intéressant e​t enrichissant. C'est agréable d'avoir une personne qui porte un oeil nouveau sur son texte et Flore m'a donné de très bons conseils.









-Est-ce que vous l'avez écrit d'un coup ou y a t-il eu des blancs ?

​Je me suis astreinte à écrire tous les jours environ deux heures. Je n'ai pas eu de blanc. Même quand je manquais d'inspiration, j'essayais d'écrire en me disant qu'il serait toujours temps de revenir sur cette partie ensuite.​

- les descriptions concernant l'ikebana ou le kendo sont très précises. Pratiquez

​-​
vous ces activités ?

​J'ai suivi des cours d'Ikebana pendant un an, avant d'écrire Hanako. C'est d'ailleurs le point de départ de mon idée. J'avais écrit quelques lignes sur une jeune fille qui faisait de l'ikebana et cette histoire a dormi plusieurs années dans mon ordinateur avant de ressurgir. Pour le kendo, je suis allée voir des cours au club Musashi de Colomiers. C'est mon côté journaliste, je voulais me documenter et pouvoir en parler comme il faut. Les membres du club étaient très enthousiastes et m'ont invitée à participer au lieu de rester spectatrice. Comme Hanako, j'ai eu beaucoup de mal avec le kiai !

-
Êtes vous déjà allée au Japon ?

​Non, pas encore mais ça fait partie de mes projets !​

- Les personnages du récit s'inspirent-ils des gens que vous connaissez vraiment ?
​Ce sont tous des personnages fictifs même si j'ai emprunté des traits de caractères à des amis ou à d'anciens professeurs​. Le personnage de Norbert s'inspire un peu, par exemple, d'un collègue avec qui j'ai travaillé à France Bleu. M.Etcheveste, le prof de français, ressemble à un de mes profs d'histoire de collège... C'est surtout vrai pour les adultes, les ados sortent de mon imaginaire.

- Est ce qu'il y a du réel dans le récit, comme par exemple toute l'histoire avec l'empereur du Japon ?
Oui !​


​Les informations sur la culture japonaise sont justes. Je tenais à ce que mon roman soit distrayant mais aussi qu'on ait appris un petit quelque chose en le refermant. Concernant l'empereur du Japon, j'ai évidemment extrapolé mais il y a un fond réel. Il existe bien une inquiétude au Japon autour de la succession de l'empereur. ​Plusieurs solutions ont été envisagées comme de réintroduire les princesses impériales dans la famille royale. C'est aussi vrai que les seshu shinoke ont été écartés de la famille impériale par le Général Mac Arthur à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Leur réintroduction dans la famille impériale est aussi une solution étudiée en cas d'absence d'héritier direct. 

-Est-ce que Hanako vous a appris des choses ?

​Oui, je sais tenir un shinai maintenant. Par contre, je ne suis toujours pas capable de nouer un tenugui ! Blagues à part, je pense avoir beaucoup progressé au fil de l'écriture.

-Quels conseils donneriez-vous à de jeunes écrivain(e)s ?

​D'écrire ! Ça parait bête mais il faut écrire même quand on n'est pas très inspiré, ne pas bloquer en voulant faire une phrase parfaite​... On peut toujours retravailler ensuite. Pour Hanako, j'ai fait un plan, je savais où j'allais, comment ça se terminait, ça m'a beaucoup aidé. C'est une méthode qui marche pour moi mais je sais que ça bloque certains auteurs qui se sentent prisonnier de leur plan. Pour moi, ce n'est pas une prison mais un cadre rassurant. Si à un moment, mon plan ne colle pas avec l'état d'esprit des personnages ou crée une incohérence, je le modifie.

- Quels livres jeunesse pouvez-vous nous conseiller ?

​J'adorais Roald Dahl quand j'étais enfant ainsi que les romans jeunesse de Daniel Pennac. Ado, je lisais surtout des classiques et des Stephen King. Aujourd'hui, il y a un foisonnement de la littérature jeunesse et beaucoup de titres excellents, à commencer par des classiques comme Harry Potter ou Eragon. Rouge Rubis de Kerstin Gier est une bonne série, j'aime beaucoup le ton de ces romans, le caractère des personnages, le rythme... Scott Westerfeld est aussi un auteur jeunesse que j'apprécie : V Virus est un super roman sur le vampirisme, je n'ai pas lu Uglies mais cette série a l'air aussi très intéressante. J'allais oublier de citer les romans de Pierre Grimbert, c'est l'auteur de plusieurs titres jeunesse mais aussi de l'excellent Secret de Ji. C'est un roman adulte mais qu'on peut lire ado sans problème.

- Et enfin, avez vous de nouveaux projets d'écritures (comme une suite) ?

​Pour l'instant, Hanako n'a pas de suite mais j'ai des petites idées pour un tome 2. Je travaille actuellement sur un autre projet mais comme je n'en suis qu'au début, je préfère ne pas trop en parler.​


Je tenais à dire que je suis très en accord avec les goûts littéraires d' Elodie Loch-Béatrix (: 






Voilà. J'espère que cet interview et cet article vous auront plu !

Aucun commentaire:

Publier un commentaire